Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
Dutch Italian Polish

Infos d'actualité - Attelage de Tradition


L'AFA fête ses 40ans


alt

 

À cette occasion, une  présentation d’attelages de tradition est organisée à Compiègne, allant d’un endroit prestigieux à l’autre ! Camp de base à l’Hippodrome dès le samedi matin.

 

Présentation des équipages dans la Cour d’Honneur du Château à partir de 14 heures, passage par le Haras de Compiègne et départ pour une promenade en forêt d’une bonne quinzaine de kilomètres, passant par le carrefour du Puy du Roy et la maison forestière du Vivier Corax.

 

Le dimanche, départ des attelages le matin pour un pique-nique au Pavillon Eugénie par un ravissant circuit en forêt, retour vers l’Hippodrome l’après-midi.

 

Une trentaine de voitures hippomobiles de toutes sortes seront de la fête, dont une diligence attelée à cinq chevaux, qui franchit plusieurs fois chaque année le Col du Saint-Gothard !

CIAT Bernried 2014


alt

Pour télécharger le document de présentation cliquez ci-dessous ...

alt

alt

L'exposition d'Arras à ne pas manquer !!!


De Versailles à Arras : Roulez carrosses !

alt

Avec le Centre national Georges Pompidou à Metz et le Musée du Louvre à Lens, l’Etablissement public du château, du musée et du domaine de Versailles prend place dans le mouvement de décentralisation culturelle des grands établissements publics parisiens vers les villes du Nord. En effet, une convention signée à Versailles le 5 juillet dernier lie pour dix ans l’établissement public versaillais à la région Nord-Pas-de-Calais et à la ville d’Arras. Durant dix ans, au fil de cinq expositions de dix-huit mois chacune, une partie des collections du château de Versailles — 60 000 œuvres — sera présentée au Musée des Beaux-Arts d’Arras.

 

Le 17 mars 2012 sera inaugurée la première de ces expositions, consacrée…. aux carrosses ! Béatrix Saule, directrice générale des musées de Versailles et de Trianon, a voulu une première exposition spectaculaire. Et parmi les œuvres de Versailles, quoi de plus spectaculaire que les somptueuses voitures impériales et royales du Musée des carrosses ?

Le Musée des Beaux-Arts d’Arras accueillera tableaux, sculptures, traîneaux, chaises à porteurs, harnais, et plusieurs voitures : la petite berline et la petite calèche ayant appartenu aux jeunes fils de Louis XVI et Marie-Antoinette à la veille de la Révolution, deux berlines impériales du mariage de Napoléon 1er avec l’archiduchesse d’Autriche Marie-Louise, la berline d’apparat du baptême du duc de Bordeaux, le char funèbre dit de Louis XVIII, un luxueux coupé huit ressorts de la Présidence de la République, et, clou de l’exposition, le monumental carrosse du sacre de Charles X.

Une scénographie spécialement conçue pour l’exposition composera autour des œuvres une atmosphère évocatrice. Les traîneaux de carrousel du XVIIIe siècle sembleront glisser sur les allées enneigées du parc ou sur le Grand Canal glacé. On verra les voitures en situation sur  les tableaux où elles sont représentées en action lors des cérémonies officielles pour lesquels elles furent créées : les berlines impériales placées face au gigantesque tableau — 5 mètres de long —  d’Etienne-Barthélémy Garnier immortalisant le cortège du mariage de Napoléon1er avec Marie-Louise traversant le jardin des Tuileries ; huit chevaux de robe isabelle garnis de harnais de gala en maroquin rouge et bronzes dorés tireront le carrosse de Charles X, comme on les voit sur le tableau de “l’Entrée du roi à Paris après le sacre à Reims” peint par Louis François Lejeune.

Surprise et temps fort de l’exposition, prêté par le Musée jurassien d’art et d’histoire de la petite ville suisse de Delémont, véritable relique provenant du dernier carrosse royal construit avant la Révolution de 1789, le panneau de la portière gauche du carrosse du sacre de Louis XVI, seul vestige de ce carrosse détruit sur ordre de la Convention en 1794, sera exposé  devant une représentation du carrosse à partir d’une gravure agrandie à la taille réelle de la voiture.

A travers les œuvres exposées seront évoquées à la fois les campagnes de Louis XIV dans les provinces du Nord et la Flandre, l’histoire de la carrosserie française du règne de Louis XIV à la fin du XIXe siècle, la place des voitures dans les fastes de la monarchie, de l’Empire… et de la IIIème République.  

Cette exposition est un véritable évènement : il s’agit de la première exposition en France consacrée aux voitures hippomobiles d’apparat. C’est aussi la première fois que sont prêtés les véhicules royaux et impériaux des collections versaillaises.

Jean-Louis Libourel

alt

Retour haut de page

Le charme de l'Attelage de Tradition en Tasmanie


alt

La Tasmanie, très belle île au Sud-Est de l’Australie, fait partie du Commonwealth Australien.

Le climat y est océanique, doux et humide, la nature magnifique ! Idéal pour une manifestaion d’Attelage de Tradition, la première organiséesous ces cieux lointains !                                                   

 

alt

Par une belle journée de Novembre, la “Tasmanian Horse Drawn Vehicle Foundation” ou “Fondation Tasmanienne de voitures hippomobiles”, organisait ce qu’elle supposait être la première reunion d’attelage de tradition dans l’hémisphère sud autour de la demeure historique de Entally House à Hadspen.

alt

Cette résidence fut érigée en 1819 par Thomas Reiby II. La mère de celui-ci, Mary Reiby, contribua à fonder la première banque d’Australie, “the Bank of New South Wales” et son portrait figure aujourd’hui sur le billet australien  de A$20. La maison est de style colonial australien, entourée de différents bâtiments, chapelle,  serre,  grange en pierre, une remise à voitures et un logement pour le cocher, une conciergerie et au nord de la propriété, un terrain de cricket …

Le gouvernement de Tasmanie fit l’acquisition de cet ensemble en 1950, et le présente comme l’exemple typique de la residence d’un gentleman des colonies.

alt

Revenons à l’Attelage de traditio et sur le déroulement de la réunion !

La Présentation se déroula devant Entally House, jugée par Michael MacDonald et Elizabeth Brough, comptant pour une large part dans le résultat final. Suivait immédiatement le Routier de 5,6 km, serpentant sur les petites routes locales et les chemins de la propriété. Il comportait quatre difficultés, un remise, le passage du corridor, une serpentine à une main entre des arbres, un rail …

Un pique-nique sous les chênes entourant terrain de cricket pour se remettre à l’heure du déjeuner et la maniabilité dans l’après-midi, avec un seul sans-fautes !

alt

Tous les participants reçurent une cocarde de la Tasmanian Horse Drawn Vehicle Foundation.

Le classement séparait voitures anciennes et modernes, distingant Maryl Cropper avec Gwenda’s Delight, Stephanie Clark et Foxy, Hana Cropper et Elouise Arctic Rose, et enfin  Christopher Viney et Mickey !

La Tasmanian Horse Drawn Vehicle Foundation a le projet de faire de cette réunion une manifestation annuelle et espère en créer d’autres dans différentes belles maisons de l’Etat de Tasmanie.

 alt

Défilé des Attelages au Prater à Vienne en 1886


alt

Gravure originale de W. Gause

Le Défilé des  Attelages  du 1er Mai 1886 au Prater  à Vienne

 

 

«  C’est au son cadencé et joyeux du trot des chevaux que le peuple de Vienne célèbre l’arrivée du printemps lors de la traditionnelle Promenade au Prater du 1er mai ! Et ceci depuis fort longtemps !

Les bois et prairies du Prater, ancienne réserve de chasse des Habsbourg bordant le Danube, devinrent  un lieu de sortie pour les Viennois, après que l’empereur Joseph II ouvrit le parc au peuple en 1766. On y célébrait, entre autres, le Festival des Violettes auquel participait le souverain.

 

Cette coutume, maintenant disparue, fut remplacée par la Promenade du 1er mai, à laquelle se retrouvaient petits et grands de ce monde dans la chaleureuse atmosphère de la cité impériale …

 

La gravure originale de W. Gause, présenté ici, date de 1886.  Elle nous montre les attelages, les cavaliers, les piétons qui évoluent, se pavanent dans une avenue du Prater, autour de l’attelage impérial, au centre … Les personnages les plus distingués côtoient la classe ouvrière, un officier ne semble aucunement dérangé par le voisinage d’un homme très simple, non plus qu’ une élégante par un « Strizzi », typiquement viennois  - équivalent du « Titi parisien » - avec son cigare au bec et un chapeau de traviole ! 

 

Autrefois, la fréquentation du Prater était beaucoup plus brillante. L’aristocratie autrichienne se flattait d’y montrer les plus beaux attelages, les plus splendides chevaux, les valets de piedles mieux mis– et, évidemment, les femmes les plus élégantes …  Les attelages étaient précédés d’un piqueur – habitude qui fut, hélas, abolie en 1848 … Le comte Sandor,  célébre homme de cheval , rapporte tous ces détails.  Le fait que toute la cour impériale soit alors présente au Prater  constituait la principale attraction pour le public. L’empereur, l’impératrice, tous les archiducs et archiduchesses d’Autriche participaient à la « Praterfahrt », la promenade au Prater. Le père de l’empereur, l’archiduc François-Charles, qui mourut il y a huit ans,  avait coutume  d’y parader en voiture à six chevaux précédée de piqueurs montés. Il donnait chaque année, à l’occasion du 1er mai, un dîner à toute la famille impériale au Kaisergarten, la partie du Prater qui leur était réservée.

 

Encore de nos jours, le 1er mai offre un ravissant spectacle pour nous rappeler que Vienne possède toujours tous les atouts pour continuer cette joyeuse promenade du printemps, qui ne laisse aucune place à la tristesse ou la morosité, quoi qu’il arrive ! … »

 

Cet article est extrait de la «Gartenlaube » (la Tonnelle), magazine très populaire parmi la classe moyenne des pays de langue allemande. Ses intérêts allaient de la géographie à l’industrie, de l’étude de la société à la technologie, de la poésie aux potins … Les romans à succès d’Hedwig Courts-Mahler et d’Eugenie Marlitt furent en premier publiés dans Die Gartenlaube … Le XXème siècle a regardé de haut ce journal néanmoins très apprécié, méprisant son libéralisme de bon aloi et son côté soi-disant simpliste.

 

Seminaire des Juges en Italie - Treviglio


 

alt

Program


Sunday  13th January
SPEAKERS:- International Judges Christian andGiuseppe Del Grande
TOPIC:        - Rules of the Concours d’Attelage de Tradition
                    - Evaluation Form and Assessment


Sunday  24th February
SPEAKERS: - International Judges
TOPIC:         -  Dress Code- Clothes and Accessories


TIMETABLE:-  9,30 / 11.00 Presentation & Discussion 
                     -11,00/ 11,15 Coffee Break
                     -11,30/ 13.00 Presentation & Discussion 
                     -13,15  Lunch

PRICE:           - GIA Members:   - 5,00 €/each session       - 10,00 €/Full Seminar
                         -  Non members: - 10,00 €/each session      - 20,00 €/Full Seminar   

 

Papers on the topics will be availablefor participants before the sessions.

 

REGISTRATION: Segreteria GIA (cell: 3337059687; fax: 035216230;

e-mail gruppoitalianoattacchi@interfree.it ) - Deadline : Friday 11th Jenuary.

Séminaire de Juges Vienne 3 - 4 nov 2012


alt

 

Neuf nations étaient représentées lors du séminaire de juges internationaux de l’Association Internationale d’Attelage de Tradition, organisé par des membres du  « Dokumentationszentrum für Altösterreichische Pferderasse », le Dr Georg Kugler, Mr Heinz Gawlik altet Mr Peter Höpler. Cinq charmantes Anglaises, six Italiens, trois Allemands, trois Suisses, de nombreux Français, respectivement un Espagnol, un Portugais, un Polonais … et naturellement, les Autrichiens !

 

Accueil chaleureux, dès le vendredi soir, dans un restaurant Viennois typique, proche de l’hôtel ; et visite impromptue proposée par Gerhard Kainz à l’issue du dîner, d’une écurie de fiacres, en plein centre de Vienne. Chevaux bien confortables dans leur boxe après une journée de travail, voitures impeccables, très bonne tenue du lieu …

 

Le lendemain samedi, des juges confirmés, mais également des candidats-juges et des candidats-délégualtés techniques, partaient en bus pour le château de Schloss Hof,(photos) superbe endroit récemment restauré, à une heure de Vienne en direction de  Bratislava, pour le séminaire proprement dit.

Après une rapide visite des extérieurs du château, tous se retrouvent dans une salle charmante chauffée par un grand poêle en faïence et la matinée de travail débute, Christian de Langlade dirigeant les débats. Groupes de langue allemande, anglaise ou française, tout s’organise rapidement, les quelques points de règlement soulevés se règlent tous par un accord unanime. Les participants vont ensuite reprendre des forces autour d’un délicieux et abondant buffet !

L’après-midi, jugement de cinq attelages, venus à Schloss Hof spécialement pour permettre aux juges et  candidats-juges d’accorder leur mode de jugement. Que ces attelages soient ici remerciés de leur sympathique collaboration … Les jugements sont très homogènes, satisfaction du « directeur de stage » et soulagement des « nouveaux » !

 

altDimanche matin, beau spectacle de l’Ecole Espagnole de Vienne, dans un merveilleux cadre connu de tous, suivi d’un excellent déjeuner chez Sacher haut lieu de l’hôtellerie et de la cuisine viennoise, vous aurez compris combien « attelage de tradition » rime avec « exception » ! Visite ensuite de la Wagenburg à Schönbrunn, (photo) sous la houlette du Dr Kugler, qui nous explique en détails les différents carrosses et voitures, finissant par le catafalque de la cour d’Autriche, qui servit la dernière fois pour les funérailles de l’Impératrice Zita à Vienne en 1989.

 

Tous se quittent très heureux d’un séminaire remarquablement organisé par nos amis Autrichiens, intéressant, fructueux et tellement amical, avec la perspective de se retrouver pour l’Assemblée Générale de l’AIAT à Berne en mars prochain !alt

 

                                                                                                                      AL

 

 

 

alt

CIAT Deauville 2012


alt

Téléchargez le dossier de Presse du CIAT>>...

alt

Téléchargez la liste des participants >>...

alt

Premier CIAT à Emmen Suisse


 alt

 

Le deuxième week-end de Septembre a eu lieu le premier concours de tradition à Emmen, près de Lucerne. Ça commençait le samedi soir avec un excellent diner en commun. On mangeait dehors, le temps pour tout le concours était beau et chaud. Le dimanche matin se préparait 20 équipage pour le départ: 1 poney à deux et 1 à quatre, 10 à un cheval et 5 à deux, 1 tandem et 2 à quatre chevaux. A part de rares exceptions ce présentait des magnifiques voitures historique d’une réjouissante diversité devant les trois juge Christian Iseli, Willi Korradi et Toni Bauer.

 

Ensuite on partait pour les 14 km de routier à travers les forets longeant la rivière Reuss. Pour moi c’était le plus beau parcours que je n’ai jamais fait dans le cadre des CIAT. Dommage qu’on a dû le faire à une vitesse de 13 km/h. J’aurais préféré d’avoir un peu plus de temps pour admirer le pittoresque paysage. Et pour avoir la possibilité de passer les fréquents promeneurs au pas, comme il est de coutume chez nous.

 

L’après-midi suivait la maniabilité devant un public enthousiaste et pour finir la remise de prix avec tous les équipages sur scène. Werner Helfenstein et son team peut être fier d’avoir mis sur pied un beau concours, bien organiser. Et qu’on avait même un peu de temps pour boire un verre et pour bavarder.

 

Heiner Staub

alt

alt