Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
Dutch Italian Polish

Infos d'actualité - Attelage de Tradition


Très beau crû pour ce CUTS 2012


alt

 

Au sortir d’une longue période pluvieuse, le soleil avait daigné faire son apparition à partir du mercredi précédant le concours, donnant enfin au château et à son ravissant parc les vraies couleurs du printemps !

 

altSoixante-cinq des soixante-dix meneurs inscrits, venant de onze nations, arrivaient bien à l’avance pour certains, afin de s’installer au mieux dans les prés encore mouillés. Trois jours de chaleur eurent rapidement raison d’un terrain un peu souple …

Cette année, apparition de beaucoup de nouveaux à Cuts avec, entre autres,  une représentation particulièrement importante de Grands-Bretons – une dizaine, dont cinq n’avaient jamais participé à un CIAT et qui ont vraiment apprécié ! Très encourageant pour l’avenir !

alt

De nombreux meneurs Belges, comme tous les ans, quelques Suisses, quatre Allemands, trois Espagnols, deux Hollandais et deux Luxembourgeois, un Italien et un bon tiers de Français. Première participation de l’Autriche avec le Docteur Florian Geyer et d’un attelage Polonais à 5 chevaux, mené par Mr K. Szuster. Certains se lançaient pour la première fois dans une catégorie différente de leur habitude, avec un peu d’anxiété et quelques problèmes à la clé, qui seront résolus à l’avenir …

 

La qualité et la variété des chevaux et des voitures, est toujours époustouflante de l’avis de tous avec toutes sortes de formations : attelage à un, en paire, tandem, arbalète, à l’Evêque, quatre chevaux, cinq chevaux … Le charme de ces journées ne se dément pas et le cadre superbe y est pour quelque chose, combiné avec la musique, le beau temps, le public séduit par l’ensemble, l’ambiance générale, tout concourt à créer un moment magique …

alt

Rosemary Neale (GB), nouvelle venue, gagne avec son poney ; Hugo Livens (B), fidèle participant, domine à 2 poneys ; Wallace Binder (GB), nouveau venu lui aussi, gagne avec Llandwnda Winston - imprononçable pour tout autre qu’un Gallois, suivi de Idès Cornillie (B) et Heiner Staub (CH) ;  Christiaan Beirens (B) remporte la catégorie 2 chevaux, suivi de Jacinto Planas Ros (E) et José Varo (E) ; Urbain van de Voorde (B) est premier en tandem et au classement général, Arnaud Gritti (F) est vainqueur dans la catégorie 4 chevaux ; José Varo Garrido (E) gagne la Présentation, Antonio Gutierrez (E) et ses élégantes passagères le Prix du Public du Conseil Général de l’Oise, Danielle van der Wiel (GB)   remporte le Prix bien mérité de l’Elégance féminine avec son magnifique tandem et enfin Anne-Sophie Decruynaere (B) le Prix du Meilleur Groom !!!

alt

Le Trophée des Nations AIAT est remportée par la Belgique, sous les applaudissements …

 

Comme on vous le disait, un très joli crû !!! et à l’année prochaine,  25 et 26 mai 2013 !


 

alt

alt

Résultats CUTS >>...

alt

L'hommage mérité à une grande dame de l'attelage


alt

Le 15 avril dernier, le Président Giscard d'Estaing a remis l'insigne de la Légion d'honneur à la Marquise de Brantes, Sue pour ses nombreux amis, lors d'une cérémonie simple et chaleureuse à Authon, où s'étaient réunis plus de 300 amis de tous bords, heureux de pouvoir la fêter comme elle le méritait !

 

Christian de Langlade, Président de l'AFA et de l'AIAT, lui a adressé l'hommage suivant :

 

alt

Discours du Baron de Langlade

 

"Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Ma chère Sue,

 

Tout le monde sait que Paul et toi avez été des amateurs d’attelage éclairés tout au long de votre vie, faisant du Fresne une base accueillante et bienveillante envers tous ceux qui partageaient votre passion.

 

C’est donc en tant que Président, à la fois de l’Association Française d’Attelage et de l’Association Internationale d’Attelage de Tradition, que je suis extrêmement heureux de pouvoir aujourd’hui te rendre un hommage tout spécial, sans naturellement oublier d’y associer ce cher Paul, à l’occasion de ta remise de la Légion d’honneur.

 

Depuis plus de quarante ans, tu as été l’âme de l’attelage Français.

 

Lors d’innombrables Championnats du Monde à deux ou quatre chevaux, en Hongrie, en Belgique, en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, aux Etats-Unis, en Allemagne, en France évidemment, et j’en oublie peut-être, tu as accompagné l’Equipe de France avec Paul, tu l’as soutenue, nourrie quelquefois, encouragée, entourant les meneurs de ton amitié … et je sais fort bien de quoi je parle !

 

Ce don merveilleux dont tu as hérité de créer un ambiance harmonieuse partout où tu es, et en particulier dans le cadre de l’attelage, nous ne l’oublierons jamais. Tu connais tout le monde, dans tous les pays, tu fais le pont entre les Etats-Unis et l’Europe, tu as toujours un ami bien placé qui pourrait aider dans tel ou tel cas, tu as toujours été et seras toujours un lien merveilleux entre les gens et les peuples.

 

Qui ne se souvient de ta table ouverte au Concours International de Saumur, du petit hôtel que tu avais déniché pour un championnat à Balaton Féniveszh en Hongrie, avant la chute du Mur… je me souviens de l’accueil plutôt glacial des « gardes du corps » chargés de nous pister pendant notre séjour, jusqu’à ce que tu mentionnes incidemment que tu étais la belle-sœur du Président Giscard d’Estaing ! Changement à 180°, sourires, très bon dîner, orchestre tzigane, la Fée Sue était passée par là …

Qui ne se rappelle les dîners que tu organisais à l’occasion du Concours de Saint-Agil ?

Le gué du Lude ? Et le « Réveil des Tandems » au Fresne, la création d’une Ecole d’attelage, au Fresne encore avec Mireille Escavi, le stage de coaching, l’organisation du Concours de Chambord en 2002 ? Je ne peux pas citer ici tous tes faits d’arme mais j’ai essayé d’en donner une idée …

 

Pour tout cela, ma chère Sue,  pour ta vitalité, pour ta joie, pour ton esprit d’entreprise et d’organisation, pour tes preuves d’ affection en toutes circonstances envers tes amis de l’attelage, pour ta modestie, pour ta générosité, pour ta classe enfin, un immense merci !

 

Et un grand bravo pour cette Légion d’honneur on ne peut plus méritée !!!"

 

alt

Des expositions à ne pas manquer


 

LES VOITURES HIPPOMOBILES A L’HONNEUR …

 ET PAS N’IMPORTE LESQUELLES !!!

alt

« ROULEZ CAROSSES ! » 

Abbaye de Saint-Vaast à Arras

Du 17 mars 2012 au 10 novembre 2013

22, rue Paul Doumer – 62000 Arras

0033 (0)3 21 51 26 95 (Office de Tourisme d’Arras)

www.versaillesarras.com

 

Première exposition française consacrée aux véhicules hippomobiles, en partenariat avec le Château de Versailles.

On peut y admirer les voitures du mariage de Napoléon Ier, le carrosse du sacre de Charles X (qui avait été amené à Reims à l’aide de roues solides et très simples, les vraies roues du carrosse ayant été transportées séparément puis montées sur place), le char funèbre de Louis XVIII … Neuf voitures en tout, ainsi que des traîneaux, chaises à porteur, harnachements, tableaux …

Exposition très pédagogique avec des explications passionnantes sur le fonctionnement et l’évolution des voitures hippomobiles. Scénographie innovante alliant restitutions, animations, immersion et multimédia. Les jeunes aussi seront intéressés, en plus des grands !

Consultez l'article de JL. LIBOUREL sur notre site ...cliquez ici

_____________________________________________________________________

« LA BERLINE DE NAPOLEON » …

Musée National de la Légion d’honneur

2, rue de la Légion d’honneur – 75007 Paris

0033 (0)1 40 62 84 25

Du 7 mars au 8 juillet 2012

 

alt

 

Waterloo, soir du 18 juin 1815, tout est consommé !

Dans le chaos qui règne après la bataille, Napoléon se laisse persuader de quitter le champ de bataille à cheval … Les Prussiens tombent sur deux de ses voitures personnelles  dont la berline dans laquelle l’Empereur pouvait se restaurer, travailler et dormir au long des interminables trajets qu’il couvrait d’un bout à l’autre de l’Europe.

L’une de ces voitures est exposée ainsi que des vêtements, bijoux, nécessaires de toilette, décorations, cartes, … Tout avait été pillé et dispersé et se trouve réuni pour cette émouvante exposition qui nous fait revivrela bataille de Waterloo comme jamais !

 

_____________________________________________________________

Et moins grandiose mais tout à fait charmant,

 

LES GRAVURES D’ELLIOTT  ….  A Vernon

alt

 

Premier ATM au château de SALEM


Dimanche 20 mai 2012

alt

Pour la première fois, dans le cadre du superbe château de Salem, près du lac de Constance, en Allemagne, aura lieu une Réunion d'Attelage de Tradition, avec la Présentation de chaque équipage entre 11h00 et 15h00.

A partir de 16h00, réception de tous les participants dans les anciennes écuries du château.

 

Contact : Fritz Baur   0049 7553 267

fewo@baur-salem.de

alt

alt

Retour haut de page

De Versailles à Arras par Jean Louis LIBOUREL


De Versailles à Arras : Roulez carrosses !

alt

Avec le Centre national Georges Pompidou à Metz et le Musée du Louvre à Lens, l’Etablissement public du château, du musée et du domaine de Versailles prend place dans le mouvement de décentralisation culturelle des grands établissements publics parisiens vers les villes du Nord. En effet, une convention signée à Versailles le 5 juillet dernier lie pour dix ans l’établissement public versaillais à la région Nord-Pas-de-Calais et à la ville d’Arras. Durant dix ans, au fil de cinq expositions de dix-huit mois chacune, une partie des collections du château de Versailles — 60 000 œuvres — sera présentée au Musée des Beaux-Arts d’Arras.

 

Le 17 mars 2012 sera inaugurée la première de ces expositions, consacrée…. aux carrosses ! Béatrix Saule, directrice générale des musées de Versailles et de Trianon, a voulu une première exposition spectaculaire. Et parmi les œuvres de Versailles, quoi de plus spectaculaire que les somptueuses voitures impériales et royales du Musée des carrosses ?

Le Musée des Beaux-Arts d’Arras accueillera tableaux, sculptures, traîneaux, chaises à porteurs, harnais, et plusieurs voitures : la petite berline et la petite calèche ayant appartenu aux jeunes fils de Louis XVI et Marie-Antoinette à la veille de la Révolution, deux berlines impériales du mariage de Napoléon 1er avec l’archiduchesse d’Autriche Marie-Louise, la berline d’apparat du baptême du duc de Bordeaux, le char funèbre dit de Louis XVIII, un luxueux coupé huit ressorts de la Présidence de la République, et, clou de l’exposition, le monumental carrosse du sacre de Charles X.

Une scénographie spécialement conçue pour l’exposition composera autour des œuvres une atmosphère évocatrice. Les traîneaux de carrousel du XVIIIe siècle sembleront glisser sur les allées enneigées du parc ou sur le Grand Canal glacé. On verra les voitures en situation sur  les tableaux où elles sont représentées en action lors des cérémonies officielles pour lesquels elles furent créées : les berlines impériales placées face au gigantesque tableau — 5 mètres de long —  d’Etienne-Barthélémy Garnier immortalisant le cortège du mariage de Napoléon1er avec Marie-Louise traversant le jardin des Tuileries ; huit chevaux de robe isabelle garnis de harnais de gala en maroquin rouge et bronzes dorés tireront le carrosse de Charles X, comme on les voit sur le tableau de “l’Entrée du roi à Paris après le sacre à Reims” peint par Louis François Lejeune.

Surprise et temps fort de l’exposition, prêté par le Musée jurassien d’art et d’histoire de la petite ville suisse de Delémont, véritable relique provenant du dernier carrosse royal construit avant la Révolution de 1789, le panneau de la portière gauche du carrosse du sacre de Louis XVI, seul vestige de ce carrosse détruit sur ordre de la Convention en 1794, sera exposé  devant une représentation du carrosse à partir d’une gravure agrandie à la taille réelle de la voiture.

A travers les œuvres exposées seront évoquées à la fois les campagnes de Louis XIV dans les provinces du Nord et la Flandre, l’histoire de la carrosserie française du règne de Louis XIV à la fin du XIXe siècle, la place des voitures dans les fastes de la monarchie, de l’Empire… et de la IIIème République.  

Cette exposition est un véritable évènement : il s’agit de la première exposition en France consacrée aux voitures hippomobiles d’apparat. C’est aussi la première fois que sont prêtés les véhicules royaux et impériaux des collections versaillaises.

Jean-Louis Libourel

alt

Retour haut de page

Le Hansom Cab d'après Richard JAMES


 

alt

A Londres, au XVIIe et XVIIIe siècles, le commun des mortels se fait transporter, moyennant finance, en Hackney Coach, voiture à quatre roues assez lourde, tirée par deux chevaux et pouvant prendre plusieurs passagers. Ce sont souvent d’anciennes voitures appartenant ou ayant appartenu à la noblesse, portant quelquefois encore leurs armes passablement défraîchies.

 

Ce moyen de « transport en commun » se maintient jusqu’au XIXe, quand en 1825, un lecteur  du London Magazine demandait : « Un vrai gentleman peut-il aller faire ses visites dans un Hackney Coach ? Le plus souvent sale, avec des glaces brisées, les coussins mal entretenus, empestant à cause des derniers transports vers l'hôpital ou le cachot…….. »

alt

Il avait, certes, rendu de grands services depuis 1654, lorsque le Parlement en  limité le nombre à 300 pour le centre de Londres mais il fallait le perfectionner.

 

En 1805, les Français avaient abandonné ces voitures de louage à quatre roues pour une voiture à deux roues, beaucoup plus légère et maniable, moins encombrante dans les embouteillages, plus économique car tirée par un seul cheval, appelée "cabriolet de place ». Le carrossier londonien Mr David Davies l’introduisit dans les rues de Londres. Il y devint connu sous le nom abrégé de « Cab », terme jugé au début d’une déplorable vulgarité mais tellement commode qu’il fut rapidement adopté en dépit des critiques des puristes Anglais.

 

Ce cab ressemblait à un gig transportant deux personnes, dont le cocher, assis à côté de son client. Seul problème, les propriétaires de Hackney Coaches uniquement avaient le droit de transporter des passagers dans le centre de Londres (les limites en étaient une aire déterminée en 1665, appelée « the Area of the Bill of Mortality », en référence à la Grande Peste, qui avait tué des milliers de personnes dans cette ville). C’était  leur chasse gardée et ils voyaient d’un très mauvais œil  ce qui allait devenir un très dangereux rival de leurs véhicules lents et encombrants.

alt

Néanmoins, le cab reçut un soutien précieux de deux gentlemen, Messieurs Bradshaw et Rotch, ce dernier Membre du Parlement, qui obtinrent des licences pour neuf cabs, à la condition qu’ils n’entrent jamais dans la zone du Bill of Mortality. Puis en avril 1823, douze cabs, construits par David Davies, opérèrent dans les rues. Il les modifia en construisant un drôle de siège extérieur pour le cocher, entre la caisse et la roue de droite, en introduisant des protections pour le passager contre le vent et la pluie, ce qui faisait ressembler la voiture à un corbillard, d’où le nom de « Coffin-cab ».

 

Le prix de la course était très raisonnable et en peu de temps les Londoniens commencèrent à apprécier ce mode de transport rapide et bon marché autour de la City … quelquefois à leur grand dam car les cochers de cabs, conscients de la supériorité de ce véhicule sur les Hackney Coaches et voitures privées, ne se gênaient pas pour les dépasser à toute allure, en dépit des pavés !!! …. Causant des accidents et renversant leurs clients au beau milieu de la rue … Les personnes un peu âgées ou craintives restaient donc fidèles à un mode de transport plus sûr, tandis que les plus jeunes, « dandies » ou commerçants, se félicitaient des cabs, se vantant même auprès de leurs amis ou dans les pubs, du nombre de fois où ils s’étaient retrouvés éjectés sans ménagements  ! ….

 

En dépit de féroces luttes d’intérêts entre les tenants des Hackney Coaches et ceux du Cab, 150 licences furent obtenues pour ces derniersalt en 1831 alors qu’à Paris, on en comptait déjà 2 500 à la même date ! Finalement toutes les diverses restrictions tombèrent à Londres en 1832 et en quelques mois, des centaines de cabs purent offrir leurs services dans toute la ville.

 

Un nouveau modèle, conçu par un Mr William Boulnois apparut, complètement fermé et pouvant transporter deux passagers face à fac

 

e, le siège du cocher littéralement perché sur le devant du toit de la voiture, situation inconfortable s’il en est, et comportant une portière à l’arrière … L’inconvénient majeur était que les passagers pouvaient en descendre sans payer et que le malheureux cocher arrivait souvent à destination pour découvrir que son cab était vide ! Il fallut donc trouver autre chose.

 

Et voilà qu’arrive en 1834 Mr Joseph Hansom, architecte de l’Hôtel de Ville de Birmingham, avec un premier cab de sa façon ! Une caisse presque carrée, le cocher encore perché sur un petit siège à l’avant mais les passagers accédant par le devant de la voiture. Après quelques expériences et innovations assez farfelues, jamais réellement exploitables,  Mr John Chapman et Mr Gillett identifient les faiblesses du véhicule et l’améliorent considérablement. Le siège du cocher sera placé à l’arrière, une glace pourra s’ouvrir à la portière, la caisse pourra glisser vers l’avant ou l’arrière pour équilibrer le poids. Divers détails seront encore apportés pour le confort des passagers, entre autres des glaces plus grandes pour une meilleurs visibilité, une petite trappe à l’arrière, à hauteur des pieds du cocher, pour payer la course et un système de blocage des portières actionné par le cocher pour éviter le problème des mauvais payeurs ! Rien de nouveau sous le soleil …

 

Hansom tirera peu de profit de son idée mais le « Hansom Cab » passera à la postérité ! Il fut copié en Angleterre par d’autres constructeurs, principalement Forder & Co de Londres et Northampton et servit à une usage privé aussi bien que public.

alt

Et pendant plus de 80 ans, dans toutes les grandes villes du monde, cette voiture sera le « taxi » indispensable,  et, avec l’humour bien connu de Pierre de Chézelles, qui le tient de … ? « la seule voiture où le postérieur de l’inférieur qui est à l’extérieur est supérieur au postérieur du supérieur qui est à l’intérieur » !

 

Hélé par Sherlock Holmes pour débrouiller quelque ténébreuse énigme, le Hansom cab fera les beaux jours de milliers de clients, pressés par leurs affaires ou heureux d’aller se promener à Hyde Park à Londres, au Bois de Boulogne à Paris, Unter den Linden à Berlin ou au Retiro à Madrid …

 

Retour haut de page

 

AG-2012- Londres-The Royal Mews-Buckingham Palace


Londres – 19 février 2012

Cavalry and Guards Club

alt

Il est de tradition que l’Assemblée Générale Annuelle de l’Association Internationale d’Attelage de Tradition se tienne chaque année dans un pays différent et soit ainsi une occasion de découverte pour un bon nombre de participants.

altCette fois-ci, l’Angleterre organisait la réunion en recevant au Cavalry and Guards Club les représentants de 14 nations pour le week-end des 18 et 19 février dernier.

Bill Ginns, Président du Coaching Club, et Richard James, éditeur du Carriage Driving Magazine, avaient arrangé de main de maître l’hébergement de tous dans différents clubs londoniens, voisins les uns des autres. En plus du Cavalry and Guards Club, le Royal Air Force Club et le Caledonian Club se montrèrent extrêmement accueillants. Ces endroits superbes et totalement privés, furent pour un week-end, aimablement mis à notre disposition par leurs Secrétaires respectifs.

Arrivée dès le vendredi soir, une soixantaine de personnes avaient fait le voyage, représentant l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, altl’Espagne, la France, la Grande-Bretagne, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Portugal et la Suisse, et, en observateurs intéressés, le Danemark, la Pologne et la Slovaquie.

Le  samedi, Richard James avait organisé la journée aux Royal Mews, Buckingham Palace, où nous fûmes très gracieusement accueillis par le Crown Equerry, le Colonel Toby Browne LVO.

Richard James commença par une passionnante conférence sur le Hanson Cab, le « taxi originel » de Londres, pleine de détails et d’anecdotes franchement amusantes sur l’évolution de la place du cocher et ses raisons … que vous découvrirez très vite dans un prochain article.  Suivait une démonstration dans la grande cour des Royal Mews, positionnement des guides sur le Cab en premier, puis mise du cheval à la voiture, mise des guides et hop ! le cocher grimpe à l‘arrière… Pas évident …

altSteve et Liz Jarman avaient prêté leur concours pour venir nous montrer ce qu’est le menage en postillon. Pas de cocher sur la voiture mais un postillon montant le cheval de gauche et guidant le cheval de droite, appelé « sous-verge », en s’aidant des rênes et de son fouet appuyé sur l’encolure pour lui faire comprendre ce qu’on attend de lui. Et après quelques tours dans la cour des Mews, Steve et Liz décident de détendre les chevaux avant de les rembarquer dans le camion … invitant l’auteur de ces lignes à une promenade dans leur Coupé, sur le Mall et toutes les belles avenues alentour au milieu d’une circulation relativement fluide ! Splendide démonstration « live » ! Confort et intimité, à l’abri de la pluie, et quel privilège de revenir vers notre point de départ dans cet équipage, face à Buckingham Palace !

Une visite très complète des écuries royales, sous la conduite du Head Coachman,

Jack Hargreaves, nous mena des splendides carrosses royaux, du Gold State Coach (1762), utilisé à tous les couronnements, mariages royaux et qui a servi pour le dernier Jubilé de la Reine, jusqu’à l’Australian State Coach avec air conditionné offert à la Reine par les Australiens en 1988 ! Sans oublier les Rolls-Royce et autres Bentley  …

Les selleries remplies de harnais très riches impeccablement entretenus, les écuries abritant pour le moment quelques beaux chevaux pouvant servir à tout moment pour les courriers de la Reine et le transport des ambassadeurs ou personnages importants … tout donnait une impression de calme activité. En attendant l’agitation des cérémonies du Jubilé le 4 juin prochain, pour laquelle tous se préparent déjà aux Royal Mews et où reviendront de nombreux chevaux d’attelage, Cleveland Bays, Windsor Greys !

Après un excellent déjeuner, de très intéressants exposés : un compte-rendu sur les voitures conservées en Angleterre par le Nationalalt Trust, par Mrs Lizzi Jamieson ; un projet de reconstitution de la Dépêche de Waterloo en 2015 par le Dr Alex Naylor ; et un historique très intéressant sur l’histoire des Royal Mews par Mr Colin Henderson, qui en son temps, fut lui-même Crown Equerry.

Retour dans nos clubs respectifs puis très joli et sympathique dîner au Cavalry and Guards Club … toasts, remerciements,  humour, ambiance …

Dimanche matin, rassemblement au même endroit pour l’Assemblée Générale, en présence de tous les pays  membres et de quelques autres en observateurs.

Dans son rapport moral, Christian de Langlade (F) remercie, entre autres, toutes les personnes de différents pays qui, depuis des années, apportent leurs compétences ou leur expertise à l’AIAT, contribuant ainsi à l’enrichissement de nos connaissances. Vient ensuite le rapport financier par José Juan Morales (E), et les remerciements aux membres-majors présents. Linda Depaepe (B) expose le calendrier des manifestations.

altBert De Mooij (NL) suggère de créer une Coupe de l’AIAT à remettre à la meilleure équipe nationale lors des CIAT, ce qui se fera désormais ; Guy Wagner (L) revient sur le problème de notation des voitures et il est suggéré que les meneurs donnant sciemment des informations erronées ne seraient pas réinvités ; Sylvie Grenet (F), du Ministère Français de la Culture, expose les différentes démarches pour faire inscrire l’attelage de tradition au Patrimoine immatériel de l’Unesco ; Heiner Staub (CH) se propose pour tenir  l’Assemblée générale 2013 à Berne, le Portugal s’offrant, par la voix de José Folque pour 2014 avec l’inauguration du nouveau Musée des Carrosses à Lisbonne ; Peter Höpler (A) invite les juges à participer à un séminaire à Vienne en novembre prochain, ce qui est retenu avec grand intérêt.

A l’issue d’un déjeuner sur place, les délégations se séparent, chacun retourne chez soi, la tête et les yeux pleins de superbes souvenirs d’un week-end passionnant, en attendant de nouvelles aventures, apparemment très appréciées …

 

                                                                                                          AL

Retour haut de page

Flandres Expo 2012


alt

alt

 

FLANDERS HORSE EXPO GAND (B)

 Du Vendredi 2 au Dimanche 4 mars 2012

 

Cette année encore, la BAT – Association Belge d’Attelage de Tradition – sera présente à la Flanders Horse Expo de Gand (B) pour promouvoir l’attelage de tradition.

Son stand n° 3219 se trouvera dans le Hall 3,  et Koen et Linda Depaepe, ainsi que les membres de l’Association seront heureux de vous y accueillir.

Des démonstrations d’attelage de tradition seront proposées au public pendant les trois jours, à ne pas manquer car elles suscitent un intérêt grandissant au fil des années.

 

Retour haut de page

*

1900 de l'Attelage à l'Automobile - Compiègne 2011


alt

De 1891 à 1914 : Carrosserie hippomobile et premières automobiles en France : une histoire commune … et une même industrie.

par Jean-Louis Libourel

 

« Au Second Empire et durant les trente dernières années du XIXe siècle, l’industrie hippomobile française jouit d’une prospérité sans pareille. Surpassant sa rivale anglaise, elle est la première au monde pour la construction de voitures de luxe. Paris est la capitale incontestée de la carrosserie …

altCette industrie est à son apogée lorsque l’automobile apparaît. Ses inventeurs avaient recherché avant tout à remplacer la traction animale par une autre énergie, à concevoir une voiture sans cheval. Leur géniale trouvaille fut le moteur … qu’on adapta aux voitures existantes, faute d’avoir imaginé aussi des véhicules spécialement conçus pour cette force motrice révolutionnaire. Les premiers moteurs firent donc installés sur des voitures hippomobiles, moyennant quelques aménagements indispensables à leur mise en place.

Lorsqu’ils furent montés sur un châssis, il fallut habiller celui-ci. Les acquéralteurs de ces automobiles, réduites pour l’instant à l’ensemble châssis-moteur, s’adressent aux fabricants hippomobiles, alors seuls capables de confectionner des carrosseries. La démarche est d’autant plus aisée que ces pionniers, passionnés par la nouvelle invention, sont souvent d’authentiques hommes de cheval amateurs de beaux équipages, tel le baron Emmanuel de Zuylen de Nyevelt de Haar, président fondateur, en 1895, avec le baron de Dion, de l’Automobile Club de France : en 1896, ce gentleman entretient dans les écuries de son hôtel de Neuilly altcinquante chevaux de selle et d’attelage, choisis parmi les plus beaux types des plus belles races anglaises, françaises et russes, et ses remises abritent trente voitures d’attelage, et, déjà, quatre automobiles qu’il conduit lui-même, comme il mène en sportsman accompli son Mail-Coach à quatre chevaux lors des réunions élégantes de « la Société des Guides »

 

 Les membres de l’Association « 1900 : de l’Attelage à l’Automobile » organisent, les 8 et 9 octobre 2011, une deuxième rencontre d’attelages et de voitures hippomobiles antérieures à 1910, à Compiègne (France), sous l’égide de l’Association Française d’Attelage et du Club des Teuf-Teuf.alt

Ces équipages et ces voitures ayant des similitudes de carrosserie (phaëton, break, dog-cart, coupé, vis-à-vis) circuleront en forêt de Compiègne, selon des itinéraires différents avec des croisements communs.

 

 

 

A l’issue des différents parcours : présentation des attelages et voitures

le samedi 8 octobre à 17h00 au Château de Compiègne

 et le dimanche 9 octobre, de 16h00 à 17h30 à l’Hippodrome de Compiègne

 

Programme complet

Samedi 8 octobre

11h00   Château de Compiègne : Départ des automobiles

14h00   Hippodrome de Compiègne : Départ des attelages en passant par le Puits du Roi vers le Vivier Corax et retour (15 km)

15h00   Rendez-vous des attelages et automobiles au Vivier Corax en forêt de Compiègne

17h00   Présentation au Château de Compiègne

Dimanche 9 octobre

  9h00   Château de Compiègne : Départ des automobiles

10h00   Hippodrome de Compiègne : Départ des attelages par les Beaux-Monts, Vieux-Moulin et les étangs de Batigny (16 km)

12h00   Arrivée aux Thermes de Pierrefonds

13h30   Retour des attelages à travers la forêt par la Muette et la Faisanderie vers Compiègne (16 km)

14h30   Retour des automobiles vers Compiègne

16h30- 17h30  Présentation à l’Hippodrome des attelages, automobiles et vélos. Animation et commentaires par des spécialistes, mettant en avant l’évolution de l’hippomobile à l’automobile.

18h00   Remise des Trophées et plaques à tous les participants, par les sponsors, partenaires et organisateurs.

 

"Avec le concours du l'Automobile Club de France, de l'Association Française d'Attelage, de la Fédération Française des Véhicules d'Epoque et du Club des Teuf-Teuf"

www.attelage-a-automobile.fr

Fiche d'inscription à télécharger >>...

alt

Téléchargez les itinéraires du Samedi 8 et Dimanche 9 Octobre >>...

alt