Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
Dutch Italian Polish

Infos d'actualité - Attelage de Tradition


Impressions de Copenhague par Harmuth Huber


Amateurs d’attelage au Palais de Christiansborg

Pour l’Assemblée générale de l’Association Internationale d’Attelage de Tradition

à Copenhague (DK) du 3 au 5 février 2017

                Hartmuth Huber (D)

Par une froide matinée brumeuse, propice à une balade en traîneau s’il y avait eu de la neige à Copenhague ce jour-là, les juges de l’Association Internationale d’Attelage de Tradition, bravant la température et légèrement frissonnants, accueillirent, dans le cadre du stage de juges annuel de l’AIAT, les 23 attelages invités par Henrik Koïer Andersen aux Ecuries Royales du Château de Christiansborg sur la proposition de Mr Per Thuesen, Ecuyer de la Couronne.
Tâche dont ils s’acquittèrent avec conscience avant de se réfugier dans la chaleur des écuries !

S.A.R. le Prince Henrik, époux de S.M. la Reine Margarethe II du Danemark, prit un grand intérêt à observer le jugement des attelages, accompagnant la visite des écuries royales et du splendide manège leur faisant face. Cet intérêt doit être héréditaire ! Le Prince, né Comte Laborde de Montpezat, lui-même sculteur de renom, descend d’Henri Auguste d’Ainecy, Comte de Montpezat, gentleman driver passionné et peintre au 19ème siècle. Il a laissé de nombreux tableaux de beaux attelages aristocratiques, provenant probablement de ses propres écuries et de ses remises.

 Tout le monde fut très heureux de pénétrer dans les écuries aux hautes voûtes reposant sur 76 colonnes de marbre norvégien, choisies au 18ème siècle par l’Ecuyer de la Couronne de l’époque pour résister aux énergiques ruades des chevaux, qui réduisaient les pilliers de briques d’origine en miettes ! Ces écuries sont magnifiquement dessinées et particulièrement bien ventilées, ce qui est très important pour la santé des chevaux. Elles abritèrent jusqu’à 250 chevaux à une époque. A l’heure actuelle, 13 chevaux gris, originaires de Kladruby en République Tchèque, sont logés dans de très grands boxes, (Photo 2), leur offrant tout l’espace nécessaire. Ils sortent tous les jours pour un exercice quotidien. Le reste des boxes est partiellement occupé par les carrosses et voitures royaux.

Le carrosse le plus ancien et le plus grandiose est le Stage Coach de la Reine Mère Juliane Marie à 7 glaces, datant de 1778 (Photo 3). A son côté, l’on peut admirer le superbe harnais à huit chevaux lui correspondant.


La plus belle voiture encore utilisée est le Gold State Chariot à cinq glaces construit par Henry Five, Londres, en 1840. Il est utilisé par le couple royal au moment du Nouvel An.

Le Carrosse des Mariages a servi pour le mariage du Prince de la Couronne Frederik  et de la princesse Mary en 2004. C’est un beau barouche par Neuss, Berlin, en 1906, très bien restauré et convenant particulièrement bien aux mariages car il permet une très bonne vue des occupants royaux.

D’autres voitures, telles que le Landau et le State Coach, sont  utilisées lors des visites  officielles du pays par le couple royal ou pour la réception des ambassadeurs.

Beaucoup d’objets sont aussi exposés dans une sale adjacente aux écuries, vieilles photographies, harnais et selles, uniformes historiques, livrées …
Tout à coup, le son d’une trompe de mail se fit entendre et tous furent appelés devant les écuries : les attelages attendaient ! Tous les participants au meeting de l’AIAT furent invités à monter dans les voitures. Le spectacle de ce cortège de 12 équipages emplit tout le monde d’enthousiasme !

Et les passagers furent d’autant plus ravis de trouver des couvertures chaudes que la temperature était tombée à 0° C ! Et en route ! En tête, les deux voitures menées par des cochers en Livrée Royale, aidèrent considérablement l’ensemble des attelages à passer les feux rouges car les Danois respectent une procession royale et s’arrêtèrent patiemment.
La balade inclut tout le Vieux Copenhague, le château de Rosenborg et la fameuse petite sirène - les attelages franchirent bruyamment les ponts de bois vers le Castellet – et se termina par deux tours d’honneur dans la cour du Château d’Amalienborg, non en l’honneur des équipages mais en celui du couple royal qui les regardait avec intérêt du haut d’une fenêtre !

Chacun apprécia au plus haut point la promenade mais fut heureux de se retrouver à l’hôtel pour une bonne douche bouillante ! Puis quand il fut bien réchauffé, changé dans une tenue adaptée à un Dîner de Gala, chacun traversa la rue pour se render au Odd Fellow Palace !

                        Hartmuth Huber